syria
Actualités,  Moyen-Orient

Qui est le Père Paolo Dall’Oglio, le jésuite kidnappé en Syrie sans nouvelle depuis 5 ans ?

Une nouvelle révélée par le journal britannique The Times ranime l’espoir que le père Paolo Dall’Oglio, enlevé en Syrie par l’État dit islamique, est vivant. Selon de hauts responsables kurdes, trois otages de l’Etat islamique, John Cantlie, Dall’Oglio et une Néo-Zélandaise, font partie des négociations de la milice pour échapper à l’annihilation dans une des dernières poches du territoire encore sous leur contrôle.

L’Isis négocierait alors un accord avec les forces kurdes-arabes soutenues par les Etats-Unis, demandant un corridor sûr en échange de la libération des otages qu’ils prétendent avoir.

Les trois hommes ont été enlevés séparément dans les premiers jours de l’accession au pouvoir du groupe terroriste.

Qui est le Père Paolo Dall’Oglio ?

Paolo Dall’Oglio a été enlevé le 29 juillet 2013 dans le nord de la Syrie, une zone contrôlée par les rebelles. Les religieux jésuites étaient engagés dans des négociations difficiles pour la libération d’un groupe d’otages à Raqqa, quand ils ont soudainement perdu sa trace.

Dall’Oglio vivait en Syrie depuis les années 1980, lorsqu’il a fondé à nouveau la communauté monastique catholique syriaque Mar Musa (monastère de Saint Moïse l’Abyssinien). Le monastère est situé dans le désert au nord de Damas.

Dall’Oglio a toujours été impliqué dans le dialogue interreligieux entre catholiques, orthodoxes et musulmans. Le gouvernement syrien a toujours été méfiant à l’égard des Jésuites, qui ont proposé une solution pacifique aux soulèvements populaires qui ont dégénéré en une guerre civile inachevée.

Le régime de Damas a même menacé de l’expulser lors des manifestations du printemps 2011. L’expulsion a eu lieu le 12 juin 2012 et Dall’Oglio a déménagé au Kurdistan irakien.

Il est retourné en Syrie en 2013, peu avant d’être enlevé.

Ce que l’on sait sur l’enlèvement

Il n’y a jamais eu certaines nouvelles de ce qui s’est passé ce 29 juillet 2013. En août 2013, un site arabe a diffusé la nouvelle de son assassinat, mais la ministre des Affaires étrangères de l’époque, Emma Bonino, n’a pu en vérifier la fiabilité.

Un temps partiel s’est produit à l’été 2018, lorsque l’un des amis qui ont accueilli et accompagné Dall’Oglio dans les jours précédant l’enlèvement, a indiqué le nom d’un émir d’Isis, vivant toujours en Syrie, comme un ravisseur possible du jésuite.

L’homme a raconté son expérience au quotidien syrien Raqqa Post, puis dans le documentaire Abuna d’Amedeo Ricucci.

Les images du reportage de Ricucci montrent un Raqqa torturé par un bombardement. Mais ce n’est pas tout : vous pouvez voir les fosses communes dans lesquelles des centaines et des centaines de corps sans vie ont été jetés. Parmi eux, aussi les victimes de l’Isis.

Iyar Dhes a accompagné le Père Dall’Oglio jusqu’à la dernière minute le 29 juillet 2013. Dans l’article du Raqqa Post, il ne manque pas de souligner l’amour des jésuites pour les Syriens, les luttes pour leur liberté.

Plus de quatre ans après son enlèvement, Iyas écrit :  » Le Père Paul s’est rendu dans la ville de Raqqa après sa libération en 2013 et au cours de sa visite, il a eu l’occasion de rencontrer de nombreux militants et citoyens ordinaires avec lesquels il s’est assis dans les rues et les bars, pour parler, écouter.

Le but du jésuite était d’attirer l’attention sur le sort des Syriens pendant l’occupation de l’Isis.

Iyas Dhes et sa famille ont accueilli le père Paolo jusqu’au moment de l’enlèvement. Toujours dans le Post de Raqqa, il dit :  » Le 28 juillet 2013, le Père Paolo s’est rendu au siège de l’Isis dans le bâtiment du gouvernorat pour demander à pouvoir rencontrer un directeur ou un émir.

« Il y a eu une discussion à l’entrée avec les gardes, l’un d’eux lui a dit de revenir le soir, il pouvait rencontrer l’émir. Malgré nos recommandations et notre insistance à ne pas y aller, il s’est rendu à la réunion parce qu’il voulait aider les gens et il croyait profondément en ce qu’il faisait « , écrit Iyas à nouveau.

« Le 29 juillet 2013, le jour de son enlèvement, il était chez nous et a recommandé à mon père de révéler la nouvelle s’il ne revenait pas dans les trois jours. Nous espérions que rien ne lui arriverait et qu’il nous reverrait bientôt. Je n’oublierai jamais son regard quand il nous a salués, j’ai senti qu’il avait peur, mais je ne savais pas que ce serait la dernière fois que je le verrais. Ce jour-là, nous étions en train de préparer un déjeuner dans la maison, de ceux qui se préparent en l’honneur d’un membre de la famille. C’était en son honneur « , dit le journal Post de Raqqa.

Et l’histoire continue jusqu’au moment où le religieux perdit toute trace de lui : « Il marcha seul, sans dire un mot, puis il s’arrêta à la porte et là mon père et moi l’avons salué. Puis il est monté dans la voiture avec le Dr Muhammad al-Haj Salih qui l’a accompagné et, avant d’arriver, le père Paolo a insisté pour descendre ; il craignait qu’Isis ne blesse celui qui était avec lui. Le Père Paolo s’est rendu au siège d’Isis et à partir de ce moment, nous ne savions plus rien de lui.

Puis Iyas et son père sont partis à la recherche du père Paolo au siège de l’Isis, mais personne ne savait rien de lui :  » Nous avons demandé à rencontrer l’émir de l’organisation. Ils nous ont emmenés au sous-sol où nous nous sommes assis dans un couloir en attendant. Après cinq minutes, une personne est arrivée, je pense qu’il était l’émir du front de l’Est, il portait une ceinture explosive accompagnée par des gens armés pointant leurs armes sur nous. Nous avons demandé à l’émir : « Est-ce qu’un certain Paul est venu à vous qui a ensuite disparu ? L’émir nous a répondu qu’il ne l’avait pas vu et qu’il ne savait rien de lui ».

A ce moment-là, les deux hommes n’ont pas attendu les trois jours et ont immédiatement dénoncé l’enlèvement du Père Paolo : « La disparition de ce noble homme a été et est toujours une grave perte pour la révolution et pour tout le peuple syrien, un homme qui a essayé de semer les graines de l’amour entre les peuples afin qu’ils s’entraident ».

Plus aucune nouvelle de Paolo Dall’Oglio depuis ce 29 juillet 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *