Actualités

Qu’est-ce qu’un préteur sur gage ?

Un prêteur sur gages est un particulier ou une entreprise (prêteur sur gages ou prêteur sur gages) qui offre des prêts garantis à des personnes, des biens personnels servant de garantie. Les objets mis en gage au courtier sont eux-mêmes appelés nantissements ou pions, ou simplement la garantie. Bien que de nombreux articles puissent être mis en gage, les prêteurs sur gages acceptent généralement des bijoux, des instruments de musique, de l’équipement audio domestique, des ordinateurs, des jeux vidéo, des pièces de monnaie, de l’or, de l’argent, des téléviseurs, des caméras, des outils électriques, des armes à feu et autres articles relativement précieux comme garantie. Voici notre dossier complet.

Le Prêt sur gage

Si un article est mis en gage en vue d’obtenir un prêt (communément appelé « gage » ou « gage »), le prêteur sur gage peut, au cours d’une certaine période contractuelle, l’échanger contre le montant du prêt plus un montant convenu pour les intérêts. La durée et le taux d’intérêt sont régis par la loi et par les politiques du prêteur sur gages. Si le prêt n’est pas remboursé (ou prolongé, s’il y a lieu) dans le délai imparti, l’objet mis en gage sera offert en vente à d’autres clients par le prêteur sur gages. Contrairement aux autres prêteurs, le prêteur sur gages ne déclare pas le prêt en souffrance dans le rapport de solvabilité du client, puisque le prêteur sur gage a la possession matérielle de l’article et peut récupérer la valeur du prêt par la vente pure et simple de l’article. Le prêteur sur gages vend également des articles qui lui ont été vendus directement par les clients. Certains prêteurs sur gages sont prêts à échanger des articles dans leur boutique contre des articles qui leur sont apportés par les clients.

Histoire du prêteur sur gages

À l’ouest, le prêteur sur gages existait dans les empires grec et romain antiques. La plupart des lois occidentales contemporaines en la matière proviennent de la jurisprudence romaine. Au fur et à mesure que l’empire répandait sa culture, le prêteur sur gages l’accompagnait. De même, en Orient, le modèle d’affaires existait en Chine il y a 1500 ans dans les monastères bouddhistes comme aujourd’hui, à travers les âges strictement réglementés par les autorités impériales ou autres.

Malgré l’interdiction de l’Église catholique romaine de facturer des intérêts sur les prêts, il y a des preuves que les franciscains ont été autorisés à commencer cette pratique pour aider les pauvres. Le courtage sur gage arriva en Angleterre avec Guillaume le Conquérant. En 1338, Édouard III met ses bijoux en gage pour amasser de l’argent pour sa guerre contre la France. Le roi Henri V fit à peu près la même chose en 1415. Les Lombards n’étaient pas une classe populaire et Henri VII les harcelait beaucoup. En 1603, une loi contre les courtiers a été adoptée et est demeurée en vigueur jusqu’en 1872. Il s’adressait aux nombreux courtiers en contrefaçons de Londres. Ce type de courtier était évidemment considéré comme une clôture.

Les croisés, principalement en France, ont négocié leurs propriétés foncières avec des monastères et des diocèses pour obtenir des fonds afin de fournir, équiper et transporter leurs armées en Terre Sainte. Au lieu d’un remboursement pur et simple, l’Église a récolté un certain nombre de récoltes pendant un certain nombre de saisons, qui ont pu être échangées à nouveau dans un type d’équité.

Un prêteur sur gages peut aussi être un organisme de bienfaisance. En 1450, Barnaba Manassei, un frère franciscain, commença le mouvement Monte di Pietà à Pérouse, en Italie. Elle a fourni une aide financière sous forme de prêts sans intérêt garantis par des biens mis en gage. Au lieu d’intérêt, le Monte di Pietà exhorte les emprunteurs à faire des dons à l’Église. Elle s’est répandue en Italie, puis dans d’autres parties de l’Europe. La première organisation Monte de Piedad en Espagne a été fondée à Madrid, et de là l’idée a été transférée en Nouvelle Espagne par Pedro Romero de Terreros, le Comte de Santa Maria de Regla et Chevalier de Calatrava. Le Nacional Monte de Piedad est une institution caritative et un prêteur sur gages dont le bureau principal est situé juste à côté du Zocalo, ou place principale de Mexico. Elle a été fondée entre 1774 et 1777 par Pedro Romero de Terreros dans le cadre d’un mouvement visant à accorder des prêts sans intérêt ou à faible taux d’intérêt aux pauvres. Aujourd’hui, c’est une institution à croissance rapide qui compte plus de 152 succursales dans tout le Mexique et qui prévoit ouvrir une succursale dans toutes les villes mexicaines.

Business model

Le processus de mise en gage commence lorsqu’un client apporte un article dans un prêteur sur gages. Les articles communs mis en gage (ou, dans certains cas, vendus directement) par les clients comprennent des bijoux, des appareils électroniques, des objets de collection, des instruments de musique, des outils et (selon les règlements locaux) des armes à feu. L’or, l’argent et le platine sont des objets populaires – qui sont souvent achetés, même sous forme de bijoux cassés de faible valeur. Le métal peut toujours être vendu en vrac à un détaillant ou à une fonderie pour la valeur en poids des métaux qui le composent. De même, les bijoux qui contiennent des pierres précieuses authentiques, même si elles sont cassées ou manquantes, ont de la valeur.

Le prêteur sur gages assume le risque qu’un objet ait pu être volé. Toutefois, les lois de nombreuses juridictions protègent à la fois la communauté et les courtiers contre la manipulation à leur insu de biens volés (également connue sous le nom de clôtures). Ces lois exigent souvent que le prêteur sur gages établisse une identification positive du vendeur au moyen d’une pièce d’identité avec photo (comme un permis de conduire ou une pièce d’identité délivrée par le gouvernement), ainsi qu’une période de retenue sur un article acheté par un prêteur sur gages (pour permettre aux autorités locales chargées de faire respecter la loi de repérer les articles volés). Dans certaines juridictions, les prêteurs sur gages doivent fournir à la police une liste de tous les articles nouvellement mis en gage et tout numéro de série associé, afin que la police puisse déterminer si certains de ces articles ont été déclarés volés. De nombreux services de police conseillent aux victimes de cambriolage ou de vol qualifié de se rendre dans les prêteurs sur gages locaux pour voir s’ils peuvent trouver des objets volés. Certains prêteurs sur gages établissent leurs propres critères de sélection pour éviter d’acheter des biens volés.

Le prêteur sur gages évalue l’état et la valeur marchande d’un article en le soumettant à des tests et en l’examinant pour déceler tout défaut, rayure ou autre dommage. Un autre aspect qui influe sur les possibilités de commercialisation est l’offre et la demande de l’article dans la collectivité ou la région. Sur certains marchés, le marché des biens d’occasion est tellement inondé de stéréos usagés et d’autoradios, par exemple, que les prêteurs sur gages n’acceptent que les marques de qualité supérieure. Un client peut aussi offrir de mettre en gage un article difficile à vendre, comme une planche de surf dans une région intérieure, ou une paire de raquettes dans les régions d’hiver chaud. Le propriétaire du prêteur sur gages refuse les articles difficiles à vendre ou offre un prix bas. Bien que certains articles ne soient jamais périmés, comme les marteaux et les scies à main, les articles électroniques et informatiques deviennent rapidement désuets et invendables. Les propriétaires de prêteurs sur gages doivent connaître les différentes marques et modèles d’ordinateurs, de logiciels et d’autres équipements électroniques, afin de pouvoir évaluer les objets avec précision.

Pour évaluer la valeur des différents articles, les prêteurs sur gages utilisent des guides ( » livres bleus « ), des catalogues, des moteurs de recherche Internet et leur propre expérience. Certains prêteurs sur gages ont reçu une formation sur l’identification des pierres précieuses ou emploient un spécialiste pour évaluer les bijoux. L’un des risques liés à l’acceptation de biens d’occasion est la possibilité que l’article soit contrefait. Si l’article est contrefait, comme une fausse montre Rolex, il se peut qu’il n’ait qu’une fraction de la valeur de l’article authentique. Une fois que le prêteur sur gages détermine que l’article est authentique et peu susceptible d’être volé, et qu’il est commercialisable, il offre au client un montant pour cet article. Le client peut soit vendre l’objet directement si (comme dans la plupart des cas) le prêteur sur gages est également un concessionnaire autorisé, soit offrir l’objet en garantie d’un prêt. La plupart des prêteurs sur gages sont prêts à négocier le montant du prêt avec le client.

Détermination du montant du prêt

Pour déterminer le montant du prêt, le propriétaire du prêteur sur gages doit tenir compte de plusieurs facteurs. Un facteur clé est la valeur de revente prévue de l’article. On pense souvent à cela en termes de fourchette, le point bas étant la valeur en gros du bien usagé, dans le cas où le prêteur sur gages est incapable de le vendre aux clients du prêteur sur gages et qu’ils décident de le vendre à un marchand en gros de biens usagés. Le point le plus élevé de la gamme est le prix de vente au détail dans le prêteur sur gages. Par exemple, un ordinateur portable de cinq ans peut avoir été acheté par le client pour 1 000 $. Cependant, comme il s’agit d’un article d’occasion dans un prêteur sur gages, il peut ne rapporter que 250 $ comme prix d’achat au prêteur sur gages, parce que les clients se méfieront du fait qu’il s’agit d’un « citron » dont le vendeur se débarrasse parce qu’il a un problème difficile à détecter, et que les prêteurs sur gages ne donnent généralement pas une garantie pour les marchandises vendues. Les grossistes en électronique usagée achèteront l’ordinateur portable du propriétaire du prêteur sur gages pour 100 $ à 150 $. Le grossiste paie un prix inférieur à la valeur au détail parce qu’il a le coût supplémentaire d’embaucher des techniciens en électronique qui révisent et réparent les articles afin qu’ils puissent être vendus dans des magasins d’électronique usagée.

Le propriétaire du prêteur sur gages tient également compte de sa connaissance de l’offre et de la demande de l’article en question pour déterminer s’il croit vendre l’ordinateur portable pour 100 $ à un grossiste ou 250 $ à un client du prêteur sur gages. Si le propriétaire du prêteur sur gages croit que le marché local des ordinateurs portables usagés est saturé (surchargé d’ordinateurs portables usagés), il peut craindre de ne recevoir que 100 $ pour l’ordinateur portable s’il doit le décharger chez un grossiste. En gardant ce chiffre à l’esprit en tant que revenu attendu, le prêteur sur gages doit tenir compte des frais généraux du magasin (loyer, chauffage, électricité, raccordement téléphonique, publicité dans les pages jaunes, coûts du site Web, frais de personnel, assurance, système d’alarme, articles perdus lorsqu’ils sont confisqués par la police, etc. Ainsi, le client qui se présente avec cet ordinateur portable qu’il a payé 1 000 $ lorsqu’il était neuf peut se voir offrir aussi peu que 50 $ par le propriétaire du prêteur sur gages, qui tient compte de tous les facteurs de risque et de coût.

Pour déterminer le montant du prêt, le propriétaire du prêteur sur gages évalue également la probabilité que le client paie les intérêts pendant plusieurs semaines ou mois, puis revienne pour rembourser le prêt et récupérer l’article. Puisque la clé du modèle d’affaires du prêteur sur gages est de gagner des intérêts sur l’argent prêté, les propriétaires de prêteur sur gages veulent accepter des articles que le client est susceptible de vouloir récupérer, après avoir payé des intérêts sur le prêt pendant un certain temps. Si, dans un cas extrême, un prêteur sur gages n’acceptait que des articles que les clients n’avaient aucun intérêt à récupérer, il ne gagnerait pas d’argent avec les intérêts, et le magasin deviendrait en fait un marchand de seconde main. Déterminer si le client est susceptible de revenir pour récupérer un article est une décision subjective, et le propriétaire du prêteur sur gages peut tenir compte de nombreux facteurs. Par exemple, si un jeune homme valide vient au prêteur sur gages pour mettre en gage un fauteuil roulant électrique (peut-être en prétendant qu’il s’agit de la possession de son défunt grand-parent), le propriétaire du prêteur sur gages peut douter que l’article sera racheté. D’autre part, si un homme d’âge moyen met en gage un ensemble de clubs de golf de première qualité, le propriétaire du prêteur sur gages peut l’évaluer comme plus crédible qu’il reviendra pour les articles. Certains clients peuvent tenter de persuader le propriétaire du prêteur sur gages que l’article en question est important pour eux ( » ce collier appartenait à ma grand-mère, alors je reviendrai certainement le chercher « ) afin d’obtenir un prêt. D’autres clients retournent au même magasin, mettent en gage de façon répétée les mêmes articles pour emprunter de l’argent et reviennent pour payer les intérêts et récupérer les articles avant la fin de la période de prêt ; ainsi, le prêteur sur gages sait que le remboursement est probable et fera donc le prêt.

L’évaluation du prêteur sur gages tient également compte de la vendabilité de l’article et du montant que le client veut en obtenir ; si un client offre un article très vendable à bas prix, le prêteur sur gages peut l’accepter même s’il est peu probable que le client revienne, car il peut réaliser un profit rapide sur cet article. Toutefois, si un client offre un prix extrêmement bas, le prêteur sur gages peut refuser l’offre, car cela suggère que l’article peut être contrefait ou volé.

Dans certains pays, par exemple en Suède, il existe une législation qui empêche le prêteur sur gages de réaliser des bénéfices injustes (usure due à la détresse financière ou à l’ignorance du client) aux dépens du client par une faible évaluation de ses garanties. Il est précisé que le prêteur sur gages ne peut pas conserver les garanties mais doit les vendre aux enchères publiques. Tout excédent après le remboursement du prêt, les intérêts et les frais d’adjudication doivent être payés au client. Si l’article n’atteint pas un prix qui couvrira ces dépenses, le prêteur sur gages peut conserver l’article et le vendre par d’autres moyens. Malgré cette protection, le coût pour le client d’emprunter de l’argent de cette façon sera élevé, et s’il ne peut pas rembourser la garantie, il vaudrait mieux dans de nombreux cas vendre les marchandises directement.

Gestion de l’inventaire

Les prêteurs sur gages doivent faire attention à gérer le nombre de nouveaux articles qu’ils acceptent en tant que pions : soit trop peu d’inventaire, soit trop, c’est mauvais. Un prêteur sur gages peut avoir trop peu de stocks si, par exemple, il achète surtout des bijoux et de l’or qu’il revend ou qu’il fait fondre – ou peut-être que le propriétaire du prêteur sur gages vend rapidement la plupart des articles dans des magasins spécialisés (par exemple, des instruments de musique aux magasins de musique, des chaînes hi-fi d’occasion, etc.) Dans ce cas, le prêteur sur gages est moins intéressant pour les clients, car il est en grande partie vide.

A l’autre extrême, un prêteur sur gages avec un énorme inventaire présente plusieurs inconvénients. Si le magasin est rempli d’articles de sport usagés, de vieilles chaînes stéréo et d’outils usagés, le propriétaire du magasin doit consacrer du temps et de l’argent à ranger et à trier les articles, à les exposer sur différents stands ou dans des vitrines et à surveiller les clients pour prévenir le vol à l’étalage. S’il y a trop d’articles de faible valeur et de mauvaise qualité, comme de vieux grille-pain, des téléviseurs de 20 ans griffés et des articles de sport usés empilés dans des boîtes en carton, le magasin peut commencer à ressembler davantage à une brocante ou à un marché aux puces. Les petits articles de grande valeur comme les lecteurs iPod ou les téléphones cellulaires doivent être dans des vitrines vitrées verrouillées, ce qui signifie que le propriétaire peut avoir besoin de personnel supplémentaire pour déverrouiller les armoires des articles que les clients veulent examiner. Lorsqu’un magasin se remplit d’articles, le propriétaire doit protéger les stocks volés en embauchant du personnel pour surveiller les différentes zones ou installer des caméras de sécurité et des alarmes. Trop de stocks invendus signifie que le magasin n’a pas été en mesure de réaliser la valeur de ces articles pour fournir de l’argent à prêter.

La meilleure option se situe au milieu : un magasin avec une quantité modérée d’articles de marque de bonne qualité, bien rangés dans les vitrines, attire les passants, qui sont plus enclins à entrer et à magasiner. Si les articles sont joliment disposés dans des vitrines et des étagères, le prêteur sur gages à l’air plus professionnel et digne de confiance. Une fois que les passants commencent à magasiner dans le magasin, ils peuvent être plus enclins à mettre en gage ou à vendre leurs propres articles au prêteur sur gages. Certains propriétaires de prêteur sur gages évitent l’apparence encombrée en entreposant des articles surstockés ou des articles moins attrayants, comme des pneus d’hiver, dans une pièce arrière ou au sous-sol. Certaines entreprises de prêteurs sur gages exploitent une chaîne de magasins dans un État ou une province. De cette façon, ils peuvent équilibrer les stocks entre les points de vente. Par exemple, ils peuvent déplacer une partie du surplus d’équipement de pêche d’un magasin rural vers un magasin urbain.

Certains magasins réduisent également leurs stocks en vendant des articles à des détaillants spécialisés. Un prêteur sur gages d’un quartier à faible revenu qui paie un client 300 € pour un amplificateur de puissance d’une valeur d’usage de 2 000 € peut trouver l’appareil difficile à vendre à côté de marchandises beaucoup moins chères. Ils peuvent vendre l’amplificateur à un magasin d’équipement audio usagé dont les clients s’attendent à un équipement haut de gamme. Certains prêteurs sur gages vendent des articles spécialisés en ligne, sur eBay ou sur d’autres sites Web. Un article spécialisé, tel qu’un modèle réduit de chemin de fer haut de gamme, ne peut être vendu dans le magasin pour sa valeur « livre bleu ». Sur une enchère en ligne, il a de bonnes chances d’apporter un bon prix.

Une autre tendance croissante dans l’industrie est la mise en gage de véhicules ou la mise en gage automatique. Cette forme de prêt sur gage fonctionne comme un prêt sur gage traditionnel, mais ces magasins n’acceptent que les véhicules comme garantie. De nombreux magasins acceptent également les « prêts sur titre », où vous pouvez mettre en gage la propriété ou les documents « Titre » de votre véhicule. Cela signifie essentiellement que le prêteur sur gages est propriétaire de votre voiture pendant que vous la conduisez, et que vous redevenez propriétaire une fois que vous avez remboursé votre prêt.

Opérations auxiliaires

Alors que les principales activités commerciales d’un prêteur sur gages consistent à prêter de l’argent contre des intérêts en fonction des articles de valeur que les clients apportent, certains prêteurs sur gages entreprennent également d’autres activités commerciales, comme la vente d’articles neufs qui sont en demande dans le quartier du magasin. Selon l’endroit où se trouve un prêteur sur gages, ces autres articles peuvent aller des instruments de musique aux armes à feu. Certains prêteurs sur gages vendent également des articles d’auto-défense flambant neufs comme du gaz poivré ou des pistolets paralysants.

De nombreux prêteurs sur gages échangent aussi des articles usagés, à condition que la transaction rapporte un profit au prêteur sur gages. Dans les cas où le prêteur sur gages achète des articles directement, l’argent n’est pas un prêt ; il s’agit d’un paiement direct pour l’article. Lors de la vente, le prêteur sur gages peut offrir des plans de mise de côté, sous réserve de certaines conditions (mise de fonds, paiements réguliers et confiscation des montants déjà payés si l’article n’est pas remboursé).

Certains prêteurs sur gages peuvent garder quelques articles inhabituels de grande valeur en exposition pour capter l’intérêt des passants, comme une vieille Harley Davidson ; le propriétaire ne s’attend généralement pas à vendre ces articles. Les autres activités des prêteurs sur gages sont les services financiers, y compris l’encaissement de chèques contre rémunération, les prêts sur salaire, les prêts sur titre de véhicule ou de maison et les services de change.

Les prêteurs sur gages haut de gamme

Les monts-de-piété haut de gamme ont fait leur apparition au début du XXe siècle, souvent appelés « bureaux de prêt », car le terme « prêteur sur gages » avait alors une réputation historique très négative Certains de ces bureaux dits de prêt sont même situés dans les étages supérieurs d’immeubles à bureaux. L’euphémisme moderne du prêteur sur gages haut de gamme est le  » prêteur sur gages haut de gamme « , qui prête à des personnes de la classe supérieure, souvent des cols blancs, notamment des médecins, des avocats et des banquiers, ainsi qu’à des personnes plus colorées comme des joueurs à haut revenu. On les appelle aussi de façon interchangeable « prêteurs sur gages haut de gamme » et « prêteurs sur gages haut de gamme » parce qu’ils acceptent des marchandises de plus grande valeur en échange de prêts à court terme. Ces objets peuvent inclure des collections de vin, des bijoux, de gros diamants, des objets d’art, des voitures et des souvenirs uniques. Les prêts sont souvent sollicités pour faire face au manque à gagner des entreprises et à d’autres problèmes fiscaux coûteux. Les prêteurs sur gages haut de gamme ont également fait l’objet de reportages à la télévision réalité.

Industrie

Aux États-Unis, il y a plus de 11 000 prêteurs sur gages et un chiffre d’affaires de 14,5 milliards de dollars. L’industrie américaine sert 30 millions de clients.

Symbole des prêteurs sur gages

Le symbole du prêteur sur gages est constitué de trois sphères suspendues à une barre. Le symbole des trois sphères est attribué à la famille Médicis de Florence, en Italie, en raison de la signification symbolique de la Lombardie. Il s’agit de la région italienne de la Lombardie, d’où proviennent les opérations bancaires des prêteurs sur gages sous le nom de Lombard. Les trois sphères d’or étaient à l’origine un symbole médiéval des marchands lombards accrochés devant leurs maisons, et non les armes de la famille Médicis. On a supposé que les sphères d’or étaient à l’origine trois effigies jaunes plates de besants, ou pièces d’or, posées héraldiques sur un champ de sable, mais qu’elles étaient converties en sphères pour mieux attirer l’attention.

La plupart des villes européennes appelaient le prêteur sur gages le « Lombard ». La Maison de Lombard était une communauté bancaire de Londres médiévale, en Angleterre. Selon la légende, un Médicis employé par Charlemagne aurait tué un géant avec trois sacs de pierres. Le symbole des trois boules est devenu l’emblème de la famille. Puisque les Medicis ont connu un tel succès dans les secteurs financier, bancaire et des prêts d’argent, d’autres familles ont également adopté le symbole. Tout au long du Moyen Âge, les armoiries portaient trois boules, des orbes, des assiettes, des disques, des pièces de monnaie et d’autres symboles du succès monétaire.

Saint Nicolas est le saint patron des prêteurs sur gages. Le symbole a également été attribué à l’histoire de Nicholas qui a donné aux trois filles d’un homme pauvre un sac d’or pour qu’elles puissent se marier.

En Asie

À Hong Kong, la pratique suit la tradition chinoise et le comptoir du magasin est généralement plus haut que la moyenne des personnes pour des raisons de sécurité. Un client ne peut lever la main que pour offrir ses effets personnels et il y a un paravent en bois entre la porte et le comptoir pour l’intimité des clients. Le symbole d’un prêteur sur gages à Hong Kong est une chauve-souris tenant une pièce de monnaie. La chauve-souris signifie la fortune et la pièce de monnaie signifie les avantages. Au Japon, le symbole habituel d’un prêteur sur gages est un chiffre sept encerclé parce que « shichi », le mot japonais pour sept, sonne comme le mot pour « pion ».

La majorité des prêteurs sur gages en Malaisie, un pays multiracial où les Chinois malaisiens représentent 25 % de la population, sont gérés par des Chinois malaisiens. En malais, le pion est appelé « pajak gadai ». Un prêteur sur gages valide et autorisé en Malaisie doit toujours se déclarer comme un « pajak gadai » ou un prêteur sur gages pour l’enregistrement de son entreprise. Ils doivent également satisfaire aux exigences du ministère du Logement et des Gouvernements locaux qui stipule que le comptoir du prêteur sur gages ne doit pas dépasser 4 pieds, qu’il est à l’épreuve des balles, qu’il est muni de comptoirs et de portes en acier inoxydable, de chambres fortes avec serrures automatiques, de coffres-forts, d’un système informatique complet, de caméras de surveillance, d’alarme et d’une assurance prêt sur gages.

Aux Philippines, l’exploitation des prêteurs sur gages est gérée par des entreprises privées et est dûment réglementée par la Bangko Sentral ng Pilipinas. Les prêteurs sur gages acceptent généralement les bijoux en or, les appareils électroménagers, les gadgets, etc. Beaucoup de prêteurs sur gages aux Philippines ont adapté d’autres services dans leurs succursales nationales comme Tambunting Pawnshop. Des services tels que les transferts de fonds internationaux et nationaux, l’assurance, le paiement de factures, la collecte d’argent b2b, le chargement électronique pour les téléphones mobiles, la billetterie, et même les services bancaires ne sont pas rares à voir dans un prêteur sur gages philippin ordinaire. Pawnhero est un prêteur sur gages philippin en ligne.

En Inde, la communauté Marwari Jain a été pionnière dans le domaine du prêteur sur gages, mais aujourd’hui d’autres sont impliqués ; le travail est fait par de nombreux agents appelés « saudagar ». Au lieu de travailler à partir d’un magasin, ils vont chez des gens dans le besoin et les motivent à s’impliquer dans l’entreprise. Les prêteurs sur gages sont souvent exploités dans le cadre de bijouteries. L’or, l’argent et les diamants sont souvent acceptés en garantie.

Le prêteur sur gages est également un commerce traditionnel en Thaïlande, où les prêteurs sur gages sont gérés à la fois par le secteur privé et par les autorités locales.

Au Sri Lanka, le prêt sur gage est une activité lucrative exercée par des prêteurs sur gages spécialisés ainsi que par des banques commerciales et d’autres sociétés financières. En Indonésie, il existe une société d’État appelée Pegadaian qui fournit une gamme de services de prêts sur gage conventionnels et conformes à la charia dans tout l’archipel. La société accepte en garantie des articles de grande valeur tels que l’or, les véhicules à moteur et d’autres articles coûteux. En plus de ses activités de prêteur sur gages, la société offre une gamme d’autres services, tels qu’un coffre-fort et des services de négociation d’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *