5 astuces pour que vos lecteurs lisent vos articles jusqu’à la dernière ligne

article blog

Avez-vous idée du nombre d’articles qui sont publiés chaque jour sur la toile ? Entre les blogs, les webzines, les réseaux sociaux, les internautes sont submergés de contenus.

À votre avis, quel est le pourcentage d’un article de blog qui est réellement lu par sa cible ? 80 % ? 60 ? Vous avez tout faux. À en croire Hootsuite, seul 20 % du contenu textuel est réellement lu sur internet. Pire encore : pour près de 70 % des textes, le lecteur n’ira même pas au-delà des 3 premiers paragraphes.

Que de temps et de ressources investis pour une indifférence presque totale… Si vous vous êtes reconnu dans ces statistiques, ne baissez pas les bras. En vous servant des 5 astuces qui suivent, vous ferez de vos textes de véritables aimants à lecteurs.

1) Aérer le texte

En d’autres termes, sautez des lignes. Ce faisant, non seulement vous rendrez le texte moins digeste mais en outre, vous ne donnerez pas au lecteur la sensation de lire une encyclopédie…

Quand vous faites des paragraphes, assurez-vous qu’ils comprennent un maximum de 5 lignes. Dans l’idéal, arrêtez-vous à 3 ou 4 lignes. Et là, vous vous demandez si l’auteur a respecté ses propres conseils… Bien sûr que oui ! En outre, depuis le début, il a recours à une astuce simple mais terriblement efficace.

2) Interroger le lecteur

Très loin de la présomption commune, la lecture est loin d’être une activité solitaire. Pour qu’elle ait lieu, il faut l’intervention d’au moins 2 personnes : l’auteur et le lecteur. Pourquoi donc cantonner votre interlocuteur au rôle de spectateur passif ?

Pour susciter son intérêt, posez-lui des questions. Poussez-le à la réflexion. Interrogez-le sur ce qu’il désire. Même si les statistiques de votre blog sont au centre de vos préoccupations, n’oubliez que vous écrivez avant tout pour les autres. Redonnez à votre lectorat la place qu’il mérite.

3) Utiliser des images

Voici venir le sempiternel combat des livres imagés contre les textes bruts… Dans l’univers de la rédaction web, la question ne se pose pas : un bon article comprend des images.

Écrire pour le web est très différent de l’écriture littéraire sous sa forme classique. Judicieusement choisies, les images libres de droits permettent aux lecteurs de visualiser la scène et de reprendre leur souffle. Cela ne plaira probablement pas aux férus de lettres classiques mais hélas, c’est la dure loi d’internet.

4) Jouer avec la mise en forme

Y’a-t-il une information capitale que vous désirez absolument que vos lecteurs retiennent ? Mettez-la en gras pour qu’elle ne puisse échapper à leur regard. Pour désigner des mots d’une langue étrangère, l’italique est d’une efficacité sans pareille.

N’ayez pas peur de recourir aux options de mise en forme. Le gras, l’italique et les sous-titres permettent de donner du relief à un texte.

5) Appuyer vos dires avec des chiffres

Comparez ces deux phrases. Entre « De nombreux Français rêvent d’écrire un livre » et « 17 % des Français rêvent d’écrire un livre », quelle phrase vous fait la meilleure impression ? Seuls les deux premiers mots ont été changés et pourtant, la seconde phrase est bien plus intéressante. Vous venez de voir le pouvoir des chiffres en action.


Laisser un commentaire