arcachon-bassin
France,  Voyages

Le Bassin d’Arcachon, un joli caprice de la nature

Là où les oiseaux sont migrateurs, les sables volatiles et les plages et dunes « vivantes », il existe un monde à part. Le Bassin d’Arcachon, petite mer intérieure situé au sud-ouest de la France, se découvre comme un milieu unique. Il possède une vaste palette de paysages en constante évolution par les vents, la forte houle de l’Atlantique et les courants violents. Forêts des pins, plages de sable tiède, dunes extraordinaires, refuge des oiseaux…il abrite une flore et une faune inouïs. Ce territoire est devenu, par la qualité de ses eaux, un domaine ostréicole de premier plan. Un cadre enchanteur qui vous invite à une découverte de ses richesses…

Paysage en évolution

Le bassin d’Arcachon doit son origine à la rivière de la Leyre qui se jetait dans l’océan par l’intermédiaire d’un vaste delta. Progressivement obstrué par des sables accumulés par le courant dominant nord-sud et véhiculés par le vent, le delta s’est incurvé vers le sud, prenant sa forme actuelle. Cette lagune, formé au cours du Quaternaire, résulte de l’action de la houle et du mouvement des sédiments littoraux qui ont transformé l’ancien estuaire de l’Eyre. Les transformations furent lentes mais constantes. Au Moyen Age s’est formée l’Ile des Oiseaux et, c’est seulement au cours des XVIII et XIXème siècles, que la presqu’île du Cap Ferret a pris son aspect actuel. La confrontation constante entre océan, vent, sable, eau douce et eau salée a créé ce domaine qui bénéficie d’un climat particulier. Le Bassin jouit d’un temps idéal en toutes saisons (13° C en moyenne). L’eau du Bassin d’Arcachon couvre une superficie de 155 km2 à marée haute, mais seulement 40 lorsque la mer se retire. Une chiffre incroyable : 230 millions de mètres cubes d’eau entrent et sortent à chaque marée par la brèche sur l’océan. C’est dans cet univers aux paysages et aux couleurs changeant sans cesse que vivent les habitants des dix villes et villages répartis autour du Bassin sur près de 100 km : Arcachon, la Teste de Buch, Gujan-Mestras, le Teich, Biganos, Audenge, Lanton, Andernos-les-Bains, Arès et Lège-Cap Ferret.

Le pays des oiseaux

Au cœur du Bassin d’Arcachon, émerge l’île aux oiseaux. Elle est l’une des principales voies de migration d’Europe qui voit passer des millions des espèces migratrices chaque année. Ce paysage de bruyères et de landes est entouré d’une eau qui grignote sa superficie lorsque survient la marée haute. La surface tombe de 1 000 hectares à 300 seulement. Elle est repérable par les deux Cabanes Tchanquées, qui servaient à l’origine d’abri temporaire aux ostréiculteurs, entre deux marées. Le terme « tchanquée » vient du gascon et signifie « perchée sur des échasses », en référence à leur construction sur pilotis. Elles sont devenues les vrais symboles du Bassin.

Trait d’union entre le Bassin d’Arcachon et l’Océan Atlantique, le Banc d’Arguin est un vaste affleurement de sable blond né de l’océan et des vents. Situé aux portes du Bassin et au pied de la Dune du Pilat, cette réserve naturelle ornithologique offre un des spectacles les plus fascinants du Bassin. Il constitue un milieu naturel choisi par les oiseaux migrateurs pour reposer leurs ailes. Le Banc d’Arguin abrite chaque année au printemps la plus importante colonie de sternes Caugeks d’Europe (hirondelles de mer). Ce terroir est soumis à la puissance des vents et des marées qui redessinent son profil constamment. Son étendue à marée basse est d’environ 4 km de long sur 2 km de large.

Dans le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, un autre espace naturel a été aménagé pour accueillir les oiseaux sauvages et favoriser leur observation par le public. Sur les 120 ha du Parc Ornithologique du Teich on peut voir des cigognes, des canards et des milans : plus de 260 espèces y trouvent repos ou refuge.

Particularités d’un espace unique

La Leyre, petit fleuve formé par la réunion de la petite et de la grande Leyre, se déverse dans le Bassin d’Arcachon après un cours de 100 km sur le sable des Landes. La rivière quitte son tunnel de verdure à quelques 80 km des sources pour se ramifier en multiples chenaux de delta. L’eau douce s’y mélange à l’eau salée et la végétation fait de cet endroit un site naturel de grande richesse.

Autre lieu insolite, la Dune du Pilat. Site exceptionnel, elle est considérée la dune la plus élevée d’Europe avec une hauteur de 105 mètres, pour 2,7 km de long et 500 mètres de large. Son ascension offre à son visiteur un vrai panoramique des trésors environnants : Banc d’Arguin, la presqu’île du Cap Ferret, les forêts des pins…Constituée au cours du XVIIIème siècle par les vents d’ouest, elle est un sommet fragile qui avance de 4 mètres par an environ vers la forêt. Elle reçoit chaque année un million et demi de visiteurs. C’est le site touristique le plus fréquenté de Gironde.

Le Domaine de Certes, situé sur le Delta de Leyre, constitue un véritable monument naturel qui s’étend sur plus de 600 hectares, entre marais et Bassin. Son espace, sa quiétude et l’abondance de nourriture font de Certes un domaine de prédilection pour la faune sauvage.

La pointe du Cap Ferret, mur de sable créé par les vents dominants, est un espace sauvage d’une véritable richesse végétale et animale. Une balade dans ce site nous fait découvrir un écosystème exceptionnel, des plages de l’Atlantique aux ports ostréicoles.

L’ostréiculture, la perle du Bassin

Le Bassin d’Arcachon est le premier centre naisseur européen d’huîtres. Il s’agit d’un vivier d’exception pour la reproduction et la culture de l’huître. Sa situation géographique si contrastée entre le nord et le sud influe sur le goût des huîtres selon qu’elles proviennent d’une des quatre zones d’élevage. Les parcs ostréicoles se concentrent surtout autour de l’île aux Oiseaux (notamment le Grand Banc), et vers l’Océan (Banc d’Arguin). Cet encadrement a donné naissance à 4 crus d’huîtres qu’on peut distinguer : Banc d’Arguin, Ile aux Oiseaux, Grand Banc et Cap Ferret.

Les Bancs de sable blanc du Banc d’Arguin, baignés par l’Océan Atlantique, font des huîtres une surprenante découverte d’onctueuses notes sucrées, lactées et de saveurs marines mélangées. L’Ile aux Oiseaux est le plus vaste et le plus ancien des terroirs ostréicoles. L’influence forestière de ce terroir est particulièrement sensible au goût des huîtres. Elles conjuguent des arômes végétaux et minéraux, liés à un croquant en bouche remarquable. Doucement baigné par les eaux de la lagune, les huîtres du Grand Banc sont un suave mélange de saveurs de fruits blancs et de noisettes grillées. Les eaux montantes de l’Océan et les eaux descendantes du Bassin se mêlent dans le Cap Ferret en donnant des huîtres croquantes, aux saveurs persistantes d’embruns, d’amandes fraîches et pointes de fruits verts.

Certains restaurants préparent des huîtres cuisinées. On préfère normalement les goûter fraîches, ouvertes sur un lit d’algues et de glace accompagnées ou non d’une pointe de citron ou d’une sauce à l’échalote. Les huîtres font des bonnes paires avec un bon vin blanc ou rosé ; il y a même des convives qui n’hésitent pas à les goûter avec du vin rouge. Toutes les combinaisons sont possibles ! Le plaisir et la santé se retrouvent dans sa saveur. Elles ont des protéines de haute qualité, vitamine B12 (en plus des autres groupes des vitamines), des minéraux (potassium, magnésium, calcium, fer, phosphore) et oligoéléments (zinc, iode, sélénium, manganèse, etc.). Les huîtres sont une mine de bien-être, mais aussi bonnes pour notre ligne : seulement 68 Kcal par douzaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *