football dopage
Sports & Loisirs

Le bœuf mexicain et le dopage

La FIFA a révélé que 109 joueurs ont été contrôlés positifs lors de la Coupe du Monde des U17. Mais il ne s’agit pas de dopage…

Si jeunes et déjà si camés ? L’annonce d’un membre de la FIFA, selon laquelle plus de 100 joueurs ont été déclarés positifs au clenbuterol, une substance interdite, lors de la Coupe du Monde des moins de 17 ans qui s’est tenue cet été au Mexique, ne laisse pas d’étonner.

« Nous avons recueilli 208 échantillons d’urine au cours de la Coupe du Monde des moins de 17 ans, que nous avons fait analyser dans des laboratoires anti-dopage agréés », a affirmé Jiri Dvorak, directeur du département médical de la FIFA. Ce dernier a avoué sa grande surprise à la lecture des résultats : « Ce fut une énorme surprise d’apprendre que 109 échantillons présentaient des traces de clenbuterol, ce qui représente 52,4% des joueurs contrôlés ».

UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE, PAS DE DOPAGE

Malgré l’énormité des chiffres, il ne s’agit pas d’une vague massive de dopage, mais d’un problème de santé publique, a reconnu Dvorak. En effet, les pouvoirs publics mexicains ont admis qu’un problème de sécurité alimentaire touchait actuellement le pays : de nombreux cheptels de bétail avaient été contaminés par des injections de dérivés de stéroïdes, qui figurent parmi les substances interdites par les instances sportives internationales. Comme quoi, l’excuse du steak contaminé du coureur cycliste Alberto Contador, n’était pas dénuée de fondement.

Ainsi, la FIFA a décidé de passer l’éponge, ne considérant pas la contamination comme un cas de dopage.

Seuls les U17 mexicains ont tous été déclarés négatifs au clenbuterol, car leur régime alimentaire durant la compétition était uniquement constitué de poisson et de légumes. Toutefois, 5 joueurs de la Tri d’être contrôlés positifs à la substance lors de la Gold Cup, au mois de juin. La Fédération mexicaine, qui plaidait la contamination alimentaire, a eu gain de cause : l’Agence mondiale antidopage a en effet décidé la semaine dernière de retirer son appel devant le Tribunal arbitral du Sport.

Des dangers du burrito…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *