chasse au sanglier
Actualités,  Europe

Chasse au sanglier, l’Italie propose une solution

Une région d’Italie a présenté une proposition extrême pour faire face à la population croissante de sangliers sauvages, encourageant les chasseurs à cibler les animaux avec des arcs et des flèches.

Les sangliers sauvages sont déjà abattus par des chasseurs armés de fusils, mais la région de Lombardie dans le nord de l’Italie dit qu’il y a maintenant tellement de bêtes qu’il faut envisager d’autres moyens pour les contrôler.

Selon les critiques, l’initiative, proposée par le parti de la Ligue de droite, était « barbare ».

La question a été mise en relief le mois dernier lorsqu’un troupeau de sangliers traversant une autoroute en Lombardie a provoqué un carambolage au cours duquel une personne a été tuée et dix autres blessées.

Le gouvernement régional de Lombardie a approuvé mercredi une motion qui, si elle devient loi, permettra « l’utilisation des arcs » pour réduire la population de sangliers.

La chasse au sanglier à l’arc est déjà populaire parmi les chasseurs aux États-Unis et dans certaines parties de l’Australie, où les porcs sauvages représentent une menace pour les terres agricoles et la faune indigène.

La Lombardie, qui s’étend des plaines de la vallée du Pô aux Alpes à la frontière suisse, connaît une « urgence sanglier », selon l’administration.

Les autorités demandent que les chasseurs puissent tuer les sangliers en dehors de la saison de chasse officielle, qui s’applique au reste du pays.

La prolifération des sangliers a nécessité « l’application de tous les moyens prévus par la loi afin de faire face à l’augmentation des dommages causés aux populations et à l’agriculture », ont déclaré les responsables politiques régionaux.

Le problème s’est aggravé au cours des deux dernières années, ont déclaré les responsables, les agriculteurs s’inquiétant de plus en plus de l’effet que le sanglier maraudeur a sur leurs cultures.

« Les animaux s’approchent des zones habitées, brisent les clôtures et envahissent les autoroutes et les routes, blessant les gens et endommageant leurs voitures. »

Des ouvriers érigent une clôture pour empêcher les sangliers d’entrer le long de la frontière entre le Danemark et l’Allemagne.

Un journal italien a comparé la perspective de chasseurs armés d’arcs et de flèches se jetant dans la campagne à celle de Robin des Bois et de ses Merry Men dans la forêt de Sherwood.

Il a été critiqué par des groupes de protection de la faune et de la flore ainsi que par Codacons, un organisme national de surveillance des consommateurs.

« Cela représente un retour à la barbarie et permettra aux chasseurs à l’arc de tuer des animaux », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

« Il faut limiter la population, mais les chasser de cette façon barbare n’est pas la solution. »

Les sangliers femelles peuvent se reproduire deux fois par an, donnant naissance à jusqu’à sept porcelets à chaque fois.

Les porcelets femelles atteignent la maturité sexuelle vers l’âge d’un an et peuvent commencer à avoir leurs propres petits.

On estime qu’il y a un million de sangliers en Italie et ils empiètent de plus en plus sur les villes et les villages.

L’incapacité de Rome à ramasser correctement ses ordures, les poubelles débordant à travers la ville, fait que la capitale est devenue un lieu de prédilection pour les porcs sauvages.

Certains résidents se sont mis à les nourrir tandis que d’autres maudissent le danger qu’ils représentent pour la circulation.

Les autorités municipales ont annoncé le mois dernier qu’elles voulaient embaucher des tireurs d’élite pour tirer sur les sangliers avec des fléchettes tranquillisantes.

Ils seraient ensuite transférés à la campagne ou mis à terre.

Les verrats sont également considérés comme un problème dans d’autres régions d’Europe.

La semaine dernière, le Danemark a commencé à construire une clôture de 43 milles de long le long de sa frontière avec l’Allemagne pour empêcher les sangliers d’entrer.

On craint qu’ils ne transmettent la peste porcine africaine, ce qui s’avérerait catastrophique pour l’industrie porcine danoise, dont le chiffre d’affaires s’élève à 4 milliards d’euros par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *