Cinéma,  Sports & Loisirs

X-Men : Days of Future Past de Bryan Singer

Les X-Men envoient Wolverine dans le passé pour changer un événement historique majeur, qui pourrait impacter mondialement humains et mutants.

Critique du film

Les X-Men sont de retour, pour notre (mon) plus grand plaisir. Si on a notre dose de super-héros tous les ans, les X-Men sont à part et ont ce petit quelque chose en plus. Grâce à ses multiples personnages évidemment mais aussi et surtout grâce à Bryan Singer qui a réalisé 3 des 5 volets de la saga à ce jour (non je ne compte pas les Wolverine).

Après le plutôt réussi X-Men : Le Commencement, dirigé par Matthew Vaughn, Bryan Singer reprend les manettes. Et disons-le tout de suite, X-Men : Days of Future Past est bien le meilleur volet de la saga. Le pari était osé, le scénario casse-gueule, ce qui rend la réussite du film encore plus belle.

Parlons du scénario justement. Si certains ne l’avaient pas encore compris, il s’agit là de retour dans le temps. Wolverine est envoyé par Professeur X et Magneto dans le passé afin d’empêcher l’évènement à la base de leur présent désastreux. Le présent (ou futur selon) n’est pas la plus grande réussite esthétique de ce nouvel opus. Heureusement, on n’y reste pas longtemps.

Wolverine et ses griffes partent rapidement dans le passé pour tenter de retrouver Charles Xavier/Professeur X (James McAvoy) et Erik/Magneto (Michael Fassbender). Une aventure pleine de surprises, d’humour et d’enjeux qu’on savoure avec beaucoup de plaisir. Il y a d’abord cette joie de voir dans un seul et même film tous les acteurs de cette saga. Pour autant, Bryan Singer ne joue pas que sur la nostalgie, introduit de nouveaux personnages (génial Quicksilver) et prépare le terrain pour la suite brillamment.

Alors, évidemment, j’aimerais vous parler de mon amour pour James McAvoy (excellent, comme toujours) et Jennifer Lawrence ou du fait qu’Omar Sy ne serve finalement pas à grand-chose (on s’y attendait un peu) mais mon meilleur conseil est encore de vous laisser aller découvrir cet X-Men : Days of Future Past sans trop vous en dire et de profiter de ces deux bonnes heures de divertissement au sommet.

Je ne veux pas non plus vous mentir, nous ne tenons pas ici le chef d’œuvre du siècle. L’émotion est étonnamment absente à de nombreuses reprises alors qu’elle était la bienvenue. Un défaut déjà présent dans les autres films de la saga. Pas le fort de Bryan Singer. Mais le réalisateur a d’autres cordes à son arc et il serait bien dommage d’éviter ses flèches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *