Cinéma,  Sports & Loisirs

L’Ex de ma vie de Dorothée Sebbagh

Ariane, une jeune violoniste française, accepte la demande en mariage enflammée de Christen, un irrésistible chef d’orchestre. Seul hic : elle est encore un tout petit peu… mariée ! Séparée depuis deux ans de Nino, un instituteur italien au caractère bien trempé, elle parvient à le convaincre de la suivre à Paris pour divorcer en 8 jours chrono. Mais leur voyage à deux dans la ville de l’amour s’annonce beaucoup plus mouvementé que prévu…

Critique du film

Ce film est sorti en 2014. L’Ex de ma vie a marqué mon festival, mais pas forcément de la bonne manière. Pourtant, vous connaissez mon amour pour les comédies romantiques, que je vais toujours voir avec beaucoup d’espoir et d’enthousiasme. Deux ans après Chercher le garçon, Dorothée Sebbagh nous offre une comédie romantique qui manque cruellement d’inspiration et de naturel.

Manquer de naturel et de spontanéité alors qu’on offre un premier rôle à la pétillante Géraldine Nakache peut paraître fou. Pourtant, Sebbagh a réussi à rendre la belle presque fade. Visiblement trop dirigée, Nakache ne parvient jamais à se lâcher pour nous conquérir en violoniste à peine crédible. Mais ce n’est rien à côté de Kim Rossi Stuart et tous les seconds rôles, tous plus mauvais les uns que les autres. Je réserve néanmoins la palme à l’italien qui est à la fois irritant et ridicule alors qu’il devrait nous séduire.

Intéressons-nous maintenant à l’histoire, à supposer qu’il y en est une. L’idée de la lune de miel en plein divorce ? Pourquoi pas. Encore faudrait-il avoir de quoi meubler autour du concept, ce qui n’est visiblement pas le cas ici. Les situations s’enchainent, les gags pas drôles aussi et, soudain, 1h20 semble durer 3h.

Pour être tout à fait honnête, j’ai hésité à sortir de la salle à plusieurs reprises, ce qui ne m’arrive quasiment jamais. Mais juger un film sans le voir dans son intégralité me parait compliqué et la bande originale composée par Lilly Wood & The Prick seront parvenus à me convaincre de rester jusqu’au bout.

Un dernier petit conseil pour la route : ne vous infligez pas ces 1h20 de calvaire romantique et mettez plutôt un bon classique dans votre lecteur DVD.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *